Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 21:36
Enigmatique absence

Comment creuser le temps d’une louche de sel

Et nouer à la vie une ombre de mirage

Comme si les bateaux qui bordent le rivage

Délivraient le soleil du poids d’un lourd missel ?

 

Pourquoi porter les mains sur le grès du chancel

En barbouillant l’azur d’un chiffon à cirage

Que des perles de sang dans un moment de rage

Ont taché d’un chagrin pour défendre un lambel ?

 

Et qu’importent ces mots dont les rides de joie

Froissent le souvenir d’une certaine soie

Qui jadis se tissait aux tambours des métiers ?

 

Car pour suivre le cours d’une fraîche rivière

Il suffit de cueillir des fleurs de sansevière

Sous les branches en feu des plus beaux noisetiers.  

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2014

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Vitrail de glaise
commenter cet article

commentaires

DA 06/04/2014 13:54

Ce poème porte bien son titre. Il est particulièrement difficile pour ma molle comprenette. Heureusement qu'à défaut d'avoir l'esprit vif, le lecteur peut se contenter d'avoir le cœur sensible ouvert à la magie des mots. Alors je confie ma pensée au cours de la rivière qui la fait flotter sous les rameaux du printemps...
PS : j'ai cherché en vain des défauts dans ce poème, et je n'ai pas pu jouer les censeurs. Normal, car, de sœur, j'en ai une, charmante, et amatrice de poésie !

Lettres de soie rouge 09/04/2014 14:08

Oui, cher Dominique, il porte bien son titre, contrairement d'ailleurs à la plupart des autres, et je saisis ici l'occasion de justifier mes choix de titres au travers de ce commentaire.

Le titre est une partie très importante du texte et en général annonce, résume ou place le texte dans un cadre plus large dont il est somme toute le centre. Or pour ce choix je suis toujours à la recherche (et souvent même sans chercher car les mots s'imposent comme les deniers éléments du puzzle poétique) d'un couple de mots qui donnent un mouvement inexprimé dans le texte. Les titres sont toujours une traduction, un passage et une ouverture. Ils ne reflètent le texte qu'au travers d'un codage différent dont ils amplifient l'importance et hélas souvent les obscurcissent d'une complexité que beaucoup sans aucun doute juge inutile voire néfaste pour la jouissance du texte.

Voilà mon avis sur une question qui ne m'a jamais été posée. Curieux, non ?
Merci encore de tout cœur,
Cordialement,
FE

stellamaris 06/04/2014 11:41

Encore une pure splendeur, Francis, j'aime tout particulièrement la paix qui s'en dégage ! Avec toute mon amitié.

Lettres de soie rouge 09/04/2014 11:53

Cher Stellamaris,
merci encore une fois pour tant de fidélité et de soutien.
Cordialement,
FE

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche