Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 21:00
Janissaires et princes

Le hasard rôde nu sur un tapis de paille

Où glissent par frissons des larmes de sueur

Qu’une main palpitante épelle à la lueur

D’une lune écrasée au grain de la rocaille.

 

Des cartes à jouer jonchent de leur ferraille

Des masques déchirés sous les doigts d’un joueur

Dont la fièvre de mort enflamme la fureur

Des ombres déguisant le soleil en grisaille.

 

Des grappes de glycine enivrent à leur sang

Les bouches de la nuit et les bords d’un étang

Que des foules de fruits enroulent au silence.

 

Or l’énigme se noue aux fils d’un carillon

Qui sonne le tocsin comme un cri de grillon

Etouffé par la peur d’un plateau de balance.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2014

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Griffes d'orties
commenter cet article

commentaires

stellamaris 11/07/2014 13:23

Encore une pure splendeur, Francis, ce poème est envoûtant ! Avec toute mon amitié.

Lettres de soie rouge 11/07/2014 19:09

Merci cher Stellamaris de cous glisser sous l'envoûtement de ce texte dont les fines étoiles peuvent glacer les nerfs mais qui dans l'ensemble est si souple que le lecteur peut se laisser prendre aux filets de son charme.
Cordialement,
FE

Dominique 11/07/2014 05:03

Commenter chaque jour tes poèmes de manière originale sans passer par de trop faciles superlatifs n'est vraiment pas chose aisée. Mais c'est un exercice plaisant.
Après avoir savouré "Janissaires et princes", on pourrait se contenter de lâcher : "c'est superbe, Francis..."
Alors je me contenterai d'écrire, non sur l'ensemble du sonnet, mais sur une seule comparaison : celle de ce carillon qui sonne le tocsin comme un cri de grillon. La métaphore est si peu réaliste qu'elle incite à rêver...et se forment les images d'un beffroi stridulant sur un timbre funèbre, vraiment étrange ! Vue l'illustration, le carillon comme le grillon auraient pu devenir "bourdon" mot évoquant tant les cloches que le bruit des insectes.

Lettres de soie rouge 11/07/2014 19:07

Et quel magnifique commentaire que ce texte te donne à m'offrit. Je suis tellement content que tu cherches à creuser dans la langue si châtiée qu'est la tienne des images dont les méandres sont parfois des pièges qui peuvent se refermer sur la raison. Merci pour ce jeu de bourdons que les orgues font aussi résonner avec délices.
Merci encore de tout cœur,
Cordialement,
FE

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche