Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 21:37
Passementerie d'oriflamme

Au frêle tremblement d’une feuille en papier

Une bouche gourmande aux lèvres de mercure

Sourit indécemment aux plaisirs que procure

La fanaison des blés sous le poids d’un guêpier.

 

Il suffit d’un instant pour pouvoir recopier

Des pages de latin dont l’absurde torture

Passe de main en main comme un brin de verdure

Que l’aube en son coton aime tant estropier.

 

Si le sable bleuté des turbans de la côte

Longe l’éternité dans une redingote

C’est sûrement l’instinct qui joue en pyjama.

 

Il est souvent plus beau de briser une image

Que d’errer sans désirs au milieu d’un mirage

Dont les miettes parfois sentent le curcuma.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Griffes d'orties
commenter cet article

commentaires

stellamaris 19/07/2014 16:44

Superbement surréaliste ; j'aime...

Avec toute mon amitié.

Lettres de soie rouge 19/07/2014 19:45

Merci, Cher Stellamaris,
Je suis toujours aussi touché par tes remarques et même si le surréalisme est un univers dangereux je ne peux me priver d'y aventurer de temps à autre un pas.
Merci de tout cœur,
FE

DA 19/07/2014 04:12

Après avoir lu et relu ce poème, je cligne des yeux, moyen de me reposer le cerveau, mais aussi d'apercevoir le sens secret du sonnet entre les lignes

Lettres de soie rouge 19/07/2014 19:42

Cher Dominique,
Merci encore pour ta franchise et ta remarquable qualité de lecteur. Le sens de ce texte comme tous ceux qui ne sont pas toujours très accessible repose sur le regard que je porte sur le monde. Ici le point de départ est un encrier dont l'avidité empoissonne la plume d'une première rêverie, celle des blés, puis le regard revient sur une page de latin dont Rimbaud était si friand, et de Rimbaud l'image se déforme en redingote dont le pyjama ridiculise l'orgueil; enfin le dernier tercet en forme de morale rappelle le regard sur la pauvreté de la langue et celle de ses ouvriers, Au-delà de cette description, tout est possible et c'est le pouvoir de la poésie.
J'espère avoir commenté un peu ce texte si difficile en effet.
Merci Dominique,
Cordialement,
FE

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche