Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 22:08
Tyranniques pensées

Sous le plâtre bleuté d’une nuit de carton

Un astre de papier passe au bord de la scène

En détachant du ciel un regard épicène

Sur un monde de mots noyés dans du coton.

 

D’une jarre en émail aux lèvres de laiton

Jaillissent des lézards dont le sourire obscène

Rempli déjà le cœur d’un fabuleux mécène

Oublié par le temps qu’enrichit un feston.

 

Dans les salles de marbre où se perd la richesse

Des lustres de couleurs si chers à la duchesse

Pendent comme des mains qui touchent les miroirs.

 

Puis c’est l’éternité qui déroule sa laine

Au-dessus des trous noirs dont la profonde haleine

Avale le silence et la peau des tiroirs.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2015

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Soierie de marbre
commenter cet article

commentaires

Stellamaris 22/03/2015 12:09

Toujours aussi magistral, Francis ! Avec toute mon amitié.

Dominique 22/03/2015 00:35

Un poème abyssal dans un décor quasi théâtral
J'aurais accordé "avalent" avec la profonde haleine et non avec les trous noirs...
Le sens de "la peau des tiroirs" m'échappe

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche