Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 16:25
Métempsychose ouverte

Un homme de papier emmailloté de lin

Pousse d’un souffle vain le linceul de son âme  

Tout en creusant le marbre au pic de son calame

Dont l’encre se répand sur le sable orphelin.

 

Le soleil desséché par le temps en déclin

Cache l’obscurité de sa nature agame

Et pétrifiant l'eau par son étrange drame

S’enfonce dans la mer à la peau de vélin.

 

Les feuilles d’un sureau fleuri comme la neige

Brisent l’éternité d’un double sortilège

Que des Sphinx de granit gardent sous leur regard.

 

A la porte du fleuve une barque en ardoise

Glisse vers l’infini dans un banc de brouillard

Parfumant l’univers d’une branche d’armoise.  

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2015

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Soierie de marbre
commenter cet article

commentaires

Stellamaris 18/07/2015 08:30

Des réminiscences d'Égypte antique absolument hallucinantes, Francis, c'est extraordinaire ! Avec toute mon amitié.

Francis Etienne 18/07/2015 19:06

Merci cher Stellamaris,
L'Egypte ancienne hante tous nos esprits car nous en sommes en partie issus de par notre culture et de par notre histoire.
Merci encore de tout coeur,
FE

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche