Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 19:55
Big Ben

La pendule a tissé une larme de laine

Au-dessus de la rue où déjà sans soucis

Le pas du promeneur hachure le glacis

De trottoirs rutilants comme la porcelaine.

 

Le parfum de la pluie au goût de marjolaine

Ensorcelle le temps dans l’or de ses lacis

Dont parfois le passant d’un regard imprécis

Repousse le poison par un souffle d'haleine.

 

Des aiguilles d’émail suspendent le sommeil

A des reflets de feu fondus dans le vermeil

D’un garde-fou suivant le cours de la Tamise.

 

Loin des cloches de bronze une mouette au sol

Picore des bruits sourds et prenant son envol

Emporte dans son cœur un brin de friandise.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2015

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Bonsoir Francis, <br /> Eh bien si je m'y rends pour les trente ans de mon fils en 2016 je penserai à ce sonnet c'est certain !<br /> J'ai bien reçu mon petit colis précieux, un courrier suit...<br /> Bonne soirée et bravo.<br /> Amitiés.<br /> Annie
Répondre

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche