Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 22:54
Sable mouvant

Découpant de ses doigts une image du monde

Le poète ensorcelle avec ses mots rouillés

Les coraux de cristal  que la pluie a mouillés

D’une brume de sang comme une fleur d’osmonde.

 

Il fabrique du temps dans un creuset immonde

Où renaissant de l’eau les livres gribouillés

Sur des plumes de paon ont été bafouillés

Par le vent d’une mer que le désert émonde.

 

Son âme est un couteau dont la lame d’acier

Caresse la pâleur de sa peau de sorcier

Chaque fois que se meurt le souffle d’une page.

 

Mais que valent ses jours aux yeux du voyageur

Qui déchire le bruit d’un sentiment rageur

Devant tant de noblesse et si peu de tapage ?

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2015

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Flocons de temps
commenter cet article

commentaires

annie 24/11/2015 18:10

Oh que oui, tel est le poète que l'on néglige ! Pourtant il est si beau le monde des troubadours !
Mille bravos, je vous laisse pour ce soir cher Francis.
A bientôt...
Annie

Francis Etienne 30/11/2015 18:11

Merci encore pour ce beau commentaire et votre salutation vespérale. De tout coeur,
Merci
Cordialement,
FE

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche