Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 19:45
Paix et mystère

 

A la moire des mots s’enroule un cheveu d’ange

Parfumé de la nuit que le vent pousse en vain

Près d’un brasier de bronze où gonfle le levain

D’un jour marbré de sang auquel l’or se mélange.

 

Sous le ciel humecté par la douceur d’un lange

Des branches de saphir mêlent leur jeu sylvain

Aux cristaux d’un sel noir dont l’art de l’écrivain

Cache la pureté sous la brume du Gange.

 

Des voiles en soie ocre obombrent les marais

De bruissements lents riches en minerais

Fondant comme du miel sur le bout de la langue.  

 

Puis dans un cœur ouvert à la chair de corail

Scintille obscurément sur le large poitrail

Un glaive déployé par une main qui tangue.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article

commentaires

Domi 25/07/2017 04:27

l'usage du verbe peu usité obombrer convient bien à ce beau poème difficile certes mais riche d'atmosphère ; au dernier vers manque un "e" à "une" ; amicalement

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche