Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 20:07

P1090469.JPG

 

 

Par les tous premiers mots d’un savant babillage

Le flatteur se présente aux yeux de l’étourdi

Comme un homme de peu dont l’esprit engourdi

Reconnaît le génie à son seul tatouage.

 

C’est avec un discours d’un fabuleux rouage

Que charme le coquin à l’esprit dégourdi,

Mais c’est bien un silence à l’accent alourdi

Qu’il jette sous ses mots en lieu de renflouage. 

 

Car il cherche l’orgueil et son poison mortel

Préparant l’imbécile à la table d’autel

Où de son sacrifice il sera la victime.

 

Ainsi se joue au jeu du vice et du hasard

Le sort des tout puissants tombant sous le poignard

De fourbes serviteurs et des fauteurs de crime.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Vitrail de glaise
commenter cet article

commentaires

Francis Etienne Sicard Lundquist 04/02/2014 18:24


Cher Domnique,


Ce merveilleux timbre ira rejoindre ma collection


virtuelle et si riche de mes trésors !


Ouis Stellamaris


est mon maitre et il suit mes pages


depuis des mois,


je peux mëme dire depuis ds années.


Il m'a formé au sonnet classique


et je lui dois


tout ce que tu lis.


Merci pour tes suggestions


pour répare la grosse tâche d'encre,


elles sont à étudier,


mais j'ai paré à la bétise


dans l'urgence par savant babillage,


pour rester dans le monde de La Fontaine,.


Aucune crainte de flagornerie,


ton amitié en est la garantie,


et ma délicatesse à en cultiver la précieuse joie,


la certitude


que j'écris sans aucune intention de vouloir blesser.


Très cordialement,


FE

Francis Etienne Sicard Lundquist 04/02/2014 18:15


Cher Stellamaris,


La honte sur le visage et les doigts rougis par la régle de fer,


je viens de corriger cette stupidité.


L'ai écrit ce texte en plusieurs fois,


ce qui pourrait expliquer le glissement de ouange à ouage !


Quant a tout puissants,


je confesse encore une fois mon incorrigible étourderie...et mon impuissance à voir les mots que j'écris.


Heureusement,


votre inflexible obeservation


de poète et de maître en la matière


a sauvé cette grosse erreur.


Merci encore de tout coeur.


Avec toute ma gratitude et mon immense amitié pour vous.


Cordialement,


FE

Dominique 04/02/2014 10:53


ou alors terminer le quatrième vers par " à la marque de l'ange" mais c'est + tiré par les cheveux (d'ange)

Dominique 04/02/2014 10:47


Les remarques de  Stellamaris ne manquent pas d'acuité : je n'avais rien remarqué. En ce qui concerne la rime, visuellement ça passe, mais pas à voix haute. Quelle correction Francis va-t-il
maintenant imaginer pour que son poème soit totalement lèché? 


Je propose : d'un laudatif verbiage ou d'un flagorneur hommage, mais le poète a sans doute d'autres flèches dans son carquois de rimes !

stellamaris 04/02/2014 07:24


Toujours superbe, Francis.


(Le vers 1 ne rime pas avec les vers 3, 4 et 8 ; v.13 : "tout puissants")


 


Avec toute mon amitié.

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche