Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 02:33

 

 

 

  turc3-001.jpg

 

 

 

Une flûte en cristal saigne de son poison

Le silence du soir en évidant la lune

De la neige de soie où fane la fortune

Des hommes accusés de haute trahison.

 

En cherchant le chemin d’une autre guérison,

Des femmes en lambeaux portant un sac chacune,

Traversent la rougeur d’une fosse commune

Et périssent ainsi au bout d’une oraison.

 

L’encre des miradors ronge toute espérance

De fuir avec la mort, dans une longue errance,

Sous un ciel de sciure à l'armure de fer.

 

Un chien aboie au loin comme un monstre de cire

En vidant les wagons des restes de l’enfer,

Quand passent des corbeaux sous la ligne de mire.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2011

Partager cet article

Repost 0
Published by lettresdesoie - dans pages de l'ombre
commenter cet article

commentaires

Rick 22/06/2011 05:51



Great!  Rick



lettresdesoie 22/06/2011 03:11



Cher Stellamaris,


Merci pour votre juste commentaire.


En effet,


on ne peut dire


que ce sonnet soit


riche en émotions,


mais il fait partie


des images


qui parfois s'imposent


devant l'écriture,


voire avant même l'écriture.


 


Merci encore,


Cordialement,


 


Francis Etienne.



stellamaris 21/06/2011 16:56



Noir, c'est noir ... Mais superbe ! Toute mon amitié.



  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche