Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 22:08

 

 

P1040343.JPG

 

 

 

La mer ouverte en cœur sur le sable du soir

Respire comme une ombre adossée à la lune,

Dont le suave espoir est de creuser la dune

D’un baiser d’argent pur échappé d’un peignoir.

 

Des mèches de nuage offertes au rasoir

Coulent comme des mains à la triste fortune

Déchirant de leur chair cette pulpe de prune

Qui fond si tendrement sous le tain d’un miroir.

 

Une vague abrogée au bout d’un long voyage

Se gonfle de satin et retourne la page

D’un instant oublié par les dents du destin.

 

Puis les algues en feuille échevellent leur nasse

Et poussent dans la nuit la nef d’une terrasse

Où déjà se replie un morceau de pantin.

 


Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 21:41

 

 

P1040986.JPG

 

 

 

Le sucre d’une image où se couche l’enfance

Coule le long de murs recouverts de haillons

Et vient glacer le cœur de riches médaillons

Suspendus aux soupirs d’une immense distance.

 

Le désir d’obéir aux lois de l’inconstance

Cache souvent l’amour de lointains bataillons

Détachés de la mort par de nombreux maillons

Que les rives du rêve effacent par béance.

 

Peu d’ombre, puis un chamois, repoussent le chagrin

Dans ces grottes de sel dont le flot pérégrin

Creuse l’éternité d’une larme mutine.

 

Et si pour dérober le butin d’un placard,

Le verbe se morfond dans les bras d’un brancard,

C’est qu’écrire est un art qui foule l’églantine.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 21:31

 

P1040704.JPG

 

 

Sous la cendre d’un cierge épuisé de souffrir

Brûle encore le sang d’une longue prière

Que la nuit d’un vitrail perçant la meurtrière

Verse sur un miroir dont l’eau feint de mourir.

 

Le cristal d’un saloir où le vent vient flétrir

Se fend de part en part sous le poids d’une aiguière

Que des ventres de vin lancent d’une verrière

Suspendue au silence en train de dépérir.

 

Puis des courtines d’or enclavant le mystère

D’une lune d’étain et d’un visage austère

Referment sous leur soie un reflet de fontaine.

 

Passe un dernier regard au travers de la pluie

Et quelques pénitents au pas couverts de suie

Entrent dans le parloir comme des bris de faîne.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 22:09

 

P1040689-copie-1.JPG

 

 

Dans l’arche du savoir repose l’ignorance

Des règles d’un amour consommé par l’espoir

D’écrire quelques mots pour soudain entrevoir

Le dessin d’une lettre en cours de délivrance.

 

L’orbe d’un cercle pur couronne de sa ganse

Le seul point du soleil planté dans un bougeoir

Comme un grain d’or fondu près d’un sombre drageoir

Où s’exhibent des feux d’une folle élégance.

 

Des marbres de couleur suspendus en bouquets

Aux lèvres de palais foisonnant de coffrets,

Rougissent l’univers d’un filet d’orangeade.

 

Or quand viendra le temps de refermer les mains

Autour d’un corps surpris par la couleur du jade,

La nuit se dissoudra dans un sac de chagrins.

 

 

Francs Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 21:59

 

 

P1040333.JPG

 

C’est un pauvre garçon qui tremble de maigreur,

Près d’un banc enneigé dans un parc de la ville,

Or déjà le silence étouffe un mot servile

Sur ses lèvres de glace à l’émail sans couleur.

 

Quelques passants distraits contemplent sa laideur

Mais fuyant d’un pas fou vers un plaisir futile

Jettent sur leur chemin l’or d’une gypsophile

Qu'ils offriront ce soir aux femmes de leur cœur.

 

La lune maquillée aux onguents de la morgue

Paresse comme un gant frôlant un clavier d’orgue

D’un geste sensuel et presque évanescent.

 

La lumière se fane et se mourant se froisse

Autour d’un regard froid, vide et incandescent

Que personne ne croise, effrayé par la poisse.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 23:14

 

 

P1040431.JPG

 

 

 

Echappé d’un soleil où souffle la vanille

Un rayon de silence éblouit de ses fruits

Le chemin d’un destin qui traverse les nuits,

Comme un fil de satin sur un trou de guenille.

 

Dès l’aurore du jour à la pointe d’aiguille

Le manteau d’une étoile entouré d’un grand puits

Clôt l’univers d’un mot qu’une canne de buis

Trace sur un sol nu brodé d’une brindille.

 

Des fourches de rubans reliés par couleur

Découpent dans le vent des pièces de valeur,

Frappant le vieux métal d’une rouille de cire.

 

Quelques heures sans poids et des tiges de sel

Appauvrissent pourtant le butin d’un vampire

Assoiffé de sang frais et de plaisir charnel.


 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 22:02

 

 

P1040289.JPG

 

 

Pour abriter la nuit sous le pan d’un manteau,

Le vrai magicien  brode de la broussaille

Sur un mouchoir de ciel gonflé d’un trou de paille,

Qu’il glisse entre ses doigts comme une goutte d’eau.

 

Puis il grave des fils autour de son anneau

Déployant de la soie au bout d’un brin d’écaille

Ciselé dans de l’or aux reflets de rocaille,

Où la lune s’endort comme au fond d’un liteau.

 

Il touche d’un seul doigt la peau d’une couleuvre

Et d’une encre de sel, il enlumine l’œuvre

D’une ombre satinée et d’un peu de tilleul.

 

Ce sont là les vertus d’une ancienne coutume

Que le parfum du lys et le sang du glaïeul

Scellent sous le secret d’une larme de brume.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

 

  

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 23:19

 

P1010269.JPG

 

 

Détachant le matin d’une branche d’étoile

Le souverain derviche allume dans le ciel

Une orange de feu parfumant de son miel

La rosée accrochée à des morceaux de toile.

 

Le tintamarre vif d’une brutale voile

Brouille à son lin neigeux le cœur d’un arc en ciel

Où grouillent le silence et sa gourde de fiel,

Dont le philtre secret jamais ne se dévoile.

 

Des papillons en flamme apportent le bonheur

Sur des plateaux de soie irisés de douceur

Puis fanent l’horizon délacé de la terre.

 

Quelques éclats d’or pur fondent sur un sapin

Et comme un souvenir lu dans un calepin,

Le désert se referme aux portes du tonnerre.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

 

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 22:06

 

 

 

 P1020922.JPG

 

 

 

Mon âme est en lambeaux, mon âme se détruit.

Des rides de rideaux enrobent ma tendresse

Comme un bout de silence où se loge l’ivresse,

Malgré le temps perdu qui me grise sans bruit.

 

Des verres de cristal égorgent chaque nuit

Des images de joie en enflant ma tristesse

D’une poche de sang que ma seule détresse

Efface de mes doigts que plus rien ne séduit.

 

La liqueur coule à flot sous mon regard de prince

Et personne n’entend cette larme qui grince

Aux tréfonds de mon cœur épuisé de souffrir.

 

Mon âme est en morceaux, mon âme se déchire,

Or si parfois j’écris des pages pour offrir,

Ce soir c’est en criant que mon âme chavire.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 22:23

 

P1020234.JPG

 

 

Dans  la brume du soir une flamme de cire

Vacille comme une ombre entre mer et rochers

Léchant de son éclair les tuiles des clochers

Que les marins perdus ont du mal à maudire.

 

Les vasques en cristal d’un étrange vampire

Se remplissent de feux et de larges bûchers

Où périssent les sens des valeureux archers

Qui craignent de mourir - ou peut-être encor pire.

 

L’onde envahit alors les veines du vaisseau

Et pèse toute vie à grands coups de boisseau,

Ignorant la douleur d’un piètre capitaine.

 

Puis le gouffre se creuse au cœur même du vent

Engloutissant la mort et ses gilets de laine

Dans un fracas de mots que je relis souvent.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 22:12

 

 

P1020107.JPG

 

Dans un filet de sel une étoile sans fond

A tranché de son feu la corde d’un grimoire

Où déjà des fourmis allant au purgatoire

Déchiffrent un silence au sourire fécond.

 

Des vapeurs de muscat au goût nauséabond

Emplissent l’univers d’une joie illusoire

Qu’une martre égarée au cœur d’un oratoire

Ronge comme de l’eau dégouttant du plafond.

 

Parmi quelques bleuets la poche d’une dune

Creuse le ciel obscur de sa braise de lune

Et vide dans le ciel une encre de satin.

 

Dès lors que les vitraux échappent à la cendre

Et que l’or à foison se gorge de butin

La légende des mots n’a plus rien à défendre.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

 

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 23:08

 

P1030009.JPG

 

Créées en février 2011,

Les lettres de soie rouge

ont déjà deux ans d'existence.

Elles ont été et restent

la source d'un immense plaisir,

celui de partager ces exercices

de poésie

avec vous.

Je vous remercie encore

de tout coeur pour votre fidélité

votre support

vos commentaires, 

vos silencieuses lectures

et votre indulgence.

Je me dois de remercier,

tout particulièrement,

Stellamaris

qui jour après jour,

suit et corrige mon progrès

avec une infaillible maîtrise

de sa connaissance du sonnet classique

et une amitié dont la patience

m'a permis de tourner encore ce soir

une page d'écriture.

 

Cordialement,

 

Francis Etienne

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 20:58

 

 

P1030813.JPG

 

 

 

Brûlé par le safran qui coule de son âme

L’oracle se raidit contre un mur de miroir

Et prononce ces mots dont le puissant pouvoir

Ficelle tous les cœurs d’une ligne de drame.

 

Une ombre sans contour brandissant un calame

Ecrit sur la muraille un peu de son savoir

Comme si chaque jour avait eu le devoir

De dévorer le temps dans un festin infâme.

 

Puis des bouches de feu soulevant le soleil

Attisent à leur braise un souffle de sommeil

Que des pierres de glace avalent en silence.

 

Et déjà le bruit sourd de lointaines douleurs

Etouffe le désert sous des jets de couleurs

Dont les fruits alléchants dressent une potence.  

 

 


Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 22:46

 

 

 

P1030663

 

 

 

Quand fleurira la nuit au bout d’un serpentin,

Des roses de cristal briseront à leur sève

Ces reflets de vanille où se couche la grève,

Comme un rayon de pluie au souffle byzantin.  

 

Des ruisseaux de vin pourpre et leurs noms en latin

Pareront les autels que l’image d’un rêve

Couvrira d’un silence au moment de la trêve

Entre les combattants et leur chef libertin.

 

Des femmes aux pieds nus liront la prophétie

Et brûleront leurs corps avec suprématie,

Laissant le temps perdu consumer leur beauté.

 

Et si les cierges d’or posés près du suaire

Coulent comme du sang le long du sanctuaire,

Il faudra se tapir contre l’éternité.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 22:35

 

 

P1030554.JPG

 

 

 

Par jarres de rubis et par inadvertance

Ils ont creusé l’amour dans la chair de leur cœur

Comme des condamnés sans aucune rancœur

Embrassant leur destin qui n'a pas de substance.

 

Ils ont conquis l’espoir à leur seule constance

Et détruit des trésors que le dernier vainqueur

Avait accumulés sous un flot de liqueur

Versée à même l’ombre et par intermittence.

 

Leurs paroles ont semé des graines de beauté

Et de leur innocence on suspendra la clé

Aux clous qui perceront les fourches d’une veine.

 

Ils seront oubliés et parfois de la mort

Ils toucheront la peau dans un dernier effort

Pour brûler le butin qu’accumule la haine.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2013

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans American jigsaw puzzle
commenter cet article

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche