Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 17:46

 

 

 

sentier-001-JMS.jpg

 

  Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1996

 

 

 

 

Echappé de la nuit par la bouche d’un ange

Le soleil emmuré dans une bulle d’air

Flotte au dessus de rocs dont la pulpeuse chair

Palpite de soupirs aux lèvres d’une orange.

 

De flammèches de brume encore dans un lange

Jaillissent des torrents gonflés d'un bruit d’éclair

Que des cascades d’or aux pantoufles de vair

Eparpillent partout comme des feux de grange.

 

Des touffes de lavande au parfum de cristal

Mêlent à leurs cheveux des éclats de métal

En griffonnant des mots sur des bouteilles d’encre.

 

Et sous un castelet en bois de tamarin

Une étoile oubliée à l’allure de cancre

S’endort dans le giron d’un brin de romarin.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 17:50
 

 

 

 

 

 

Fleurs-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - aquarelle sur papier - 1996

 

 

Leurs confettis de miel jonchent de leur couleur

Les plaines et les bois où se blottit dans l’ombre

Un morceau de ciel bleu qu’un gros nuage encombre

De sa barbe de mousse à l’étrange pâleur.

 

En chatouillant le vent d’un doigté de jongleur

Elles coiffent  les champs de leurs chapeaux sans nombre,

Et rallument la nuit  à leur corolle sombre

D’une étincelle d’or qui court comme un voleur.

 

Sous leur masque de soie au jeu de la marelle

Elles trichent parfois sur une passerelle

Qui traverse le soir jusqu’au bord des chemins.

 

Mais c’est dans les bouquets que niche leur tendresse

Pour donner au printemps ce délice d’ivresse

Qui grise les enfants d’un parfum de jasmins.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 17:28

 

 

 

 

passion-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1995

 

 

 

 

Des masses de corail éclaboussant le sable

D’une branche d’étoile et d’un parfum musqué

Passent comme des poids sous un vent embusqué

Dans le regard brûlant d’une âme charitable.

 

Presque sans imposture une image impalpable

Se glisse au cœur d’un vide où le temps offusqué

Se chamaille avec l’or pour en avoir brusqué

La richesse inouïe à son coude coupable.

 

Quelques perles de foudre en se fondant à l’eau

Colorent de leur poudre un étrange ruisseau

Dont les rives en cendre apaisent la détresse

 

Sont-ce ces pages-là qui nourrissent l’espoir

De toucher au bonheur dans le berceau du soir

Entre un souffle de faune et un sein de déesse ?

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 15:51

 

 

 

 

Le-chemin-de-lumiere-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou  - huile sur toile -1995

 

 

De l’aube qui mûrit aux bouches d’un volcan

Une jarre de feu verse sur la banquise

Une rivière d’or dont la saveur exquise

Enivre le regard d’un reflet rubican.

 

Des murailles de sève aux yeux de pélican

Jaillissent de la nuit dans un bout de chemise

Qu’un ouragan de soie à la chair de cerise

Déchire comme un astre emplumé d’un carcan.

 

La lave d’une roche aux cristaux de salive

Bave sur l’océan vêtu de vert olive,

Puis se perd dans le creux d’une vague de sang.

 

Naissant alors de l’ombre un soleil de dentelle

Embrase chaque esprit d’un pas de tarentelle

Essuyant ses rayons au sable d’un étang.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 10:14

 

 

 

Bric-a-brac---harmonie-du-desordre-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - Aquarelle, encre sur papier - 1994 - collection privée

 

 

Le tic tac d’une horloge au cadran élastique

Bouleverse le bruit d’une aiguille en faïence

Dont les bris de cristal usent sans réticence

Des cordes de satin au pouvoir fantastique.

 

Le globuleux bijou d’un ponte ecclésiastique,

Alourdissant l’instant d’une folle cadence,

Pétille comme un poids dont la lourde insolence

Ecrase les couleurs d’une âme sarcastique.

 

Des bibelots de bois barricadent des ponts

Où se croisent des rois que de puissants affronts

Enlaidissent de mots au cruel verbiage.

 

Point par point cependant les marges du dessin

Tapissent le papier d’un velours abyssin

Que l’orge d’un vitrail sucre de son feuillage.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 10:26

 

 

 

 

Le-reflet-JMS-001.jpg

 

  Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1994

 

 

 

Par la trappe d’une ombre un cercle ensorcelé

Entoure l’univers d’une mèche de honte

Qu’une lourde chaleur habille de sa fonte

Comme un brancard ouvert sur du fer barbelé.

 

La terre d’un nuage au vernis craquelé

Souille chaque couleur d’une bribe de conte

Et salit de sa boue un gluant mastodonte

Dont les écailles d’or couvrent un corps gelé.

 

Un drapeau déchiré par le vent de la plage

Flotte au-dessus de morts étouffés par la rage

De chardons vénéneux qui bordent les chemins.

 

Puis un clairon blessé par des griffes de rire

Tanne de son battoir des peaux de parchemins

Où s’écriront un jour des mots qu'il faut maudire.

 


Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 03:17
 

 

 

l-espor-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - Huile sur toile - 1994

 

 

Par vagues de plomb rouge et presque au fond de l’âtre

Une flamme affutée à la lame du soir

Brûle à sa langue d’or l’argent d’un encensoir

Où se consume l’aube au sein d’un cœur d’albâtre.

 

Des rameaux de satin que recouvre du plâtre

Bruissent comme des mains le long du désespoir

Puis brisant le soleil à leur bec d’arrosoir

S’enfoncent dans le miel d’une lune bleuâtre.

 

Le papier de cristal qui cache des secrets

Brise de temps à autre un miroir de reflets

Que des gerbes de vent étouffent à leur bouche.

 

Et quand bien même un jour le temps et sa douleur

Parviendront à ronger la chair de la couleur,

C’est au peintre pourtant qu’appartient l’art farouche.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012


Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 17:31

 

 

composition-abstraire-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - Aquarelle, Encre, sur papier - 1994

 

 

Précipitant l’aurore au cœur d’un diamant

L’encre d’un plomb fondu sans aucune aptitude

Repousse le savoir avec incertitude

Vers l’infinie aigreur d’un étrange flamant.

 

Des masques de vitrail cachent un seul amant

Que des fils de mercure enflent de solitude

Lorsque la ruche d’or tombe en décrépitude

Dans des parcs de palmiers au feuillage écumant.

 

Une source de glace où se mire une image

Coule comme un cercueil entre des plis d’orage

Que des ventres de chair touchent de leur rondeur.

 

Est-ce à dire qu’il manque à chaque paragraphe

Une ligne du livre au divin calligraphe,

Ou que l’esprit se perd dans un peu de splendeur ?

 


 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 16:31

 

 

 

La-flamme-verte-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1994 - collection privée

 

 

 

Dans la bouche d’un sabre une plume d’argile

Foudroyant de son ombre un hasard meurtrier

Glisse d’une main pâle aux bords d’un encrier

Dont la dent de satin grignote un campanile.

 

Des vases de porphyre autour d’un parc hostile

Contiennent des erreurs et des trous de terrier

Que d’autres univers sur leur calendrier

Comptent pour des deniers dans un an bissextile.

 

L’organdi se répand comme un feu de forêt

Et couvre l’océan d’une peau de furet

Qu’une bruine de sel adoucit de sa nasse.    

 

Etincelles et mots  fusent alors au ciel

Jaillissant de soleils dont l’absence de masse

Enrichira le temps d’un brouillard torrentiel.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 08:41

 

 

 

 

Sans-fard-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - huile sur toile -1994

 

 


Blotti dans un écrin un éclat de rubis

Caresse à son velours une bulle d’ivoire

Que des fleurs de pavot, de leur jeune mâchoire,

Dévorent de baisers sous des yeux ébaubis.

 

Dans un froufrou de bruits que le vent a fourbis

Les parcelles de sang des pages d’un grimoire

Tachent de leur couleur le fond de la mémoire

Où se cache la nuit fuyant de cagibis.

 

Par instant cependant une boule de cire

Dont la chair de vitrail a des doigts de satyre,

Bouillonne dans un âtre au bord de la douleur.

 

Et ainsi se divise à chaque pas de l’œuvre

Le venin succulent d’une douce chaleur

Qui glisse sous la peau d’une immense couleuvre.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 08:31

 

 

 

 

Le-Suquet-JMS-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - Acrylique sur toile - 1994

 

 


Les façades en feu d’un vieux port au mouillage

Regardent l’horizon d’une mer en émail

Que de fins confettis couvrent de leur trémail

Comme des pièces d’or en peau de coquillage.

 

Des tignasses de pins touchent de leur feuillage

Un ciel rafistolé par des bouts de camail

Qu’un morceau de soleil garde de son fermail

Sous le dais d’une toile au charmant babillage.

 

Le long de quais lointains où serpente l’été

Une foule de pas picore la gaieté

D’un marché de Provence ancré dans une étoile.

 

A la pointe des mats de barques au repos

Des oiseaux fatigués échangent des propos

Comme si l’horizon avait plié sa voile.

 


 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 17:19

 

 

 

Le-desir-d-aimer-001-JMS.jpg

 

Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1993

 

 

Anémone de mer et ruban de nougat,

Une perle en safran à la pâte opaline

Enflamme le soleil d’une ombre cristalline

Où se fond le parfum d’un puissant seringat.

 

Quelques fleurs de charbon, dont l’impur agrégat

Bourgeonne entre les mots d’une  courte comptine,

Embellissent le soir d’une pâleur violine,

Et se fanent alors aux pieds d’un renégat.

 

Ce sont des bris de sang éparpillés dans l’âtre

Que des rêves d’enfant à l’ardeur idolâtre

Collent à leurs mains d’ange et lèchent de leurs yeux.

 

Puis des plumes de pluie arrachant de la rouille

D’une lune attachée au corps d’une dépouille

S’envolent en silence en cortèges joyeux.

 


 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 20:23

 

 

 

 

Le-desert-JMS-001.jpg

 

Jean marc Sardou - huile sur toile - 1993

 

 

 

L’image a le pouvoir de traverser l’absence

Et de couper la soif en morceaux de tambour,

Comme si l’horizon était un calembour,

Une ligne de liane ou le coeur d'un silence..

 

Les règles du désir comme de la prudence

Effacent toute trace et plongent chaque jour

Dans un bouillon de mots dont un seul troubadour

Verse sur l’univers la morbide opulence.

 

Les dunes sans mirage et les ombres du soir

Suffisent à semer un profond désespoir

Où se perdent les pas d’un pur vagabondage.

 

Et puisque le soleil éteint le souvenir,

C’est au fond du regard que brille le courage,

Pour celui qui s’en va vers son propre avenir.

 

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 19:42

 

 

 

La-ligne-de-vie-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1993

 

 

Quelques paillettes d’ombre encombrent le chemin

Qui conduit vers le sable où la mer se retranche,

Puis se fondent en sel sous un flot d’avalanche

Que le soleil au loin dore à son parchemin.

 

Des boucles de calcaire aux couleurs du jasmin

Enjambent les secrets d’une lumière blanche

Dont le rayon parfait pousse comme une branche

Le long d’un clos d’émail aux reflets de carmin.

 

Des barres de guimauve à chaque pas du songe

Résonnent d’un parfum dont la pulpe d’éponge

Boit l’eau d’un réverbère ancré dans l’océan.

 

Or un homme apparu comme une mèche d’huile,

Entonne avec amour les versets d’un péan,

Portant à chaque main une valise en tuile.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 21:37

 

 

 

 

les-obstacles-jms-001.jpg

 

Jean Marc Sardou - huile sur toile - 1993

 

 

 

A l’espoir de mourir sur la terre promise

L’homme suspend le temps au bout d’un fil de chair

Que balance le vent dans un souffle d’éclair

Par-dessus le ravin où rouille sa chemise.

 

Sa volonté de fer que la peur a soumise

Rêve en vain d’un destin sous un horizon clair,

Et déchire les murs dont les parois de vair

Amollissent le poids d’une faute commise.

 

La pensée use l’ombre et ses masques de lin

De son regard d’aveugle où l’amour orphelin

Cherche un frère inconnu qui peut franchir l’ivresse.

 

Quiconque cependant refuse le combat

Retombe dans l’oubli d’un sordide grabat,

Epuisé de fatigue et rongé de tristesse.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2012

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Jean Marc Sardou
commenter cet article

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche