Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 22:13
Paroles de luthier

Qui pousse le soleil sous le marbre fragile

D’un mausolée antique à la couleur de sang

Où la terre a fondu les rides d’un étang

Dans un gobelet d’or ciselé par l’argile ?

 

Est-ce un nonce papal échappé d’un concile

Qui déchire du chanvre et broie à son écang

Le linceul de la nuit au bec d'un pélican

Travesti sans pudeur en peau de crocodile ?

 

Sur la couche de l’aube aux lèvres de béryl

Quelle ombre se faufile entre les bras du Nil

En tétant dans le ciel de la pulpe d’étoile ?

 

Que vous importe-t-il que mes mots de papier

Soulèvent sous le sable une frange du voile

Puisque vous les toisez à l’aune du drapier ?

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 21:57
Le vent

Il frôle de son doigt un cèdre du Liban

Où s’endort le soleil épuisé par l’orage

Que des ailes de soie emportent avec rage

Vers l’horizon cousu sur un bout de ruban.

 

Sa mèche de lumière entoure d’un turban

Les cyprès essoufflés dont le sombre cirage

Décolore le temps perdu dans un naufrage

Comme un éclat de voix que l’on mettrait au ban.

 

Sous sa peau de silex un parfum de vanille

Egratigne les mots d’un sucre de myrtille

Jaillissant de sa bouche aux lèvres de satin.

 

Puis il fond dans le ciel pareil à ce danseur

Qu’il habille du miel mêlé dès le matin

A de la poudre d’or sous les pas du valseur.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 21:47
Pierre de sang

 

Des pétales de bruit gouttent dans le silence

Comme les fruits d’un temps qui mûrirait en vain

Sous un rayon de lune entouré d’un ravin

Où croupissent des mots en pleine purulence.

 

Au bout d’un souvenir traversé d’une lance

Le visage d’un homme au sourire divin

Glisse sous le doigt nu d’un turgide écrivain

Masqué par un velours d’une extrême brillance.

 

Caramélisant l’or qui recouvre les toits

Le vent porte le soir au-delà des détroits

Dont les rives en flamme éclaboussent un astre.

 

Par bribes de parfum un dernier souffle d’air

S’éloigne de la vie en creusant dans la chair

Un chemin de souffrance effacé du cadastre.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 1
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 22:10
Sarbacane de songes

Sous des bris de soleil la natte d’un ruisseau

Pétrit sous sa dentelle un brasero de paille

Qu’une main de cristal tisse sur la rocaille

Comme un fil de lavande échappé d’un boisseau.

 

Les voiles de damas d’un merveilleux vaisseau

Froissent l’air de la mer que la chaleur écaille

D’un bruissement d’or et d’un souffle en broussaille

Dont l’écume éclabousse une brindille d’eau.

 

Sous l’horizon de jade un flot de mousseline

Effleure le brouillard d’une bouche câline

Et sème sur le sable une fleur de coton.

 

Emaillé par le vent le regard se faufile

Entre les mots perdus et le temps immobile

Suspendu pour toujours au mât d’un clocheton.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 21:32
Silence en céramique

 

Au poivre des chagrins l’ambre de la tristesse

Enivre le regard d’un rêve de miroir

Où se reflète en vain le souffle d’un espoir

Vaguement replié dans un cri d’allégresse.

 

Des couleurs sans éclat comme un parfum d’ivresse

Mêlent à leur muscat la fibre d’un mouchoir

Refermé par plaisir sur le fil d’un rasoir

Qui tranche la chair nue avec tant de paresse.

 

C’est l’ombre d’un regret qui traverse le cœur

Et s’éteint en fumant sans la moindre rancœur

Sous la cendre de fer d’une bouche fermée.

 

Puis le temps engloutit l’encre et son encrier

Dérobant à la vie une âme parsemée

De souvenirs perdus au fond d’un sucrier.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche