Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 21:17
Légende d'une douleur

Au pied d’une colline où s’endort un ruisseau

Repose le tombeau d’une tendre princesse

Qui jadis se mourut d’un excès de tristesse

Lorsqu’elle apprit la mort de son bel hobereau.

 

On la voyait toujours assise au bord de l’eau

Le regard décharné par autant de détresse

Et le cœur asséché avec tant de rudesse

Que même le soleil lui semblait un bourreau.

 

Elle se tut alors le jour où l’hirondelle

Vint poser à ses pieds la terrible nouvelle

Et fuyant toute joie elle perdit raison.

 

On trouva sa dépouille au cœur d’une chapelle

Que les moines baignaient d’une longue oraison

Un matin de décembre aux brouillards de flanelle.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2014

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Griffes d'orties
commenter cet article

commentaires

stellamaris 16/07/2014 12:28

Tu as su tirer un joyau d'une histoire pourtant a priori terriblement conventionnelle ! Avec toute mon amitié.

Lettres de soie rouge 19/07/2014 19:25

Cher Stellmaris,
Désolé d'avoir répondu à Dominique en utilisant l'espace réservé à votre commentaire ! Merci de tout cœur pour cette remarque qui va dans le sens de Dominique, et qui me remplit de joie.
Cordialement,
FE

Lettres de soie rouge 19/07/2014 19:17

Merci de tout cœur, Dominique, je suis ta proposition avec e grand plaisir. Je suis aussi ravi que cette histoire, somme toute, presque figée, illustre la flexibilité de la composition, Merci encore de tout cœur.
Cordialement,
FE

Dominique ARNAUD 16/07/2014 04:46

J'aime beaucoup cette jolie et triste histoire bien servie par les vers d'un sonnet moins abstrait qu'à l'accoutumée ; la chapelle baignée par l'oraison est une belle image ; j'aime moins "pour toujours le jour" à cause de la répétition du son "jour", d'autant plus que le vers compte 13 pieds et je te suggère : Se taisant à jamais le jour où l'hirondelle/Vint poser à ses pieds la terrible nouvelle/En fuyant toute joie, elle perdit raison.

Lettres de soie rouge 19/07/2014 19:17

Merci de tout cœur, Dominique, je suis ta proposition avec e grand plaisir. Je suis aussi ravi que cette histoire, somme toute, presque figée, illustre la flexibilité de la composition, Merci encore de tout cœur.
Cordialement,
FE

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche