Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 00:11
Toise de lune

 

Dans la braise du jour qui bientôt va s’éteindre

Un lézard assoiffé par le coeur de la nuit

S’approche d’un marais d’où le soleil s’enfuit

Comme un fil de couleur pour qui saurait le peindre

 

Des racines de sable où le vent prêt à geindre

Creuse des ruches d’or dans la chair de son fruit

Ruissellent d’un ciel bas qui brusquement reluit

Dans un miroir d’acier que rien ne pourra teindre.

 

Des lianes de feu suspendent à leur cou

Des rivières de sel et serrent leur licou

Autour d’arbres mourants sous un souffle de haine.

 

Puis s’éloignant du port sur un royal vaisseau

Les derniers cris de peur déferlent par centaine

Et viennent se jeter dans le sang d’un ruisseau.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Griffes d'orties
commenter cet article

commentaires

Stellamaris 01/11/2014 11:20

Tu nous entraînes dans un désert brûlant, Francis, moi qui aime tant la brume et la bruine j'en ressens la morsure ! Superbe !

(v.2 = 13, césure à revoir ; répétition de "peur" entre les vers 2 et 13 ; qu'en dirais-tu si le lézard était assoiffé par le coeur de la nuit, plutôt ?)

Avec toute mon amitié.

Dominique 01/11/2014 01:14

Beaucoup d'allure dans ces vers au demeurant assez effrayants,je trouve ton inspiration assez sombre en ce moment au point de ... masculiniser la peur (vers N°2)

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche