Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 21:19
Malédiction de pierres

Des branches de soleil ruisselantes de neige

Brûlent comme de l’or sur un carreau d’émail

Que les ailes du vent creusent en éventail

Dans la bouche de mots qui jettent un sortilège.

 

Paré d’un mantelet en velours de Norvège

Un pontife soumis aux rites du sérail

Ecarte de son gant un rideau de vitrail

Pour sceller un mirage à son doigt sacrilège.

 

Quelques lambeaux de lune envahissent le ciel

Epongeant à leur peau des filaments de fiel

Pendant qu’un orgue joue une valse de Vienne.

 

Aux portes du sommeil on maquille d’étain

Le visage figé d’une cartomancienne

Puis on jette des sorts au pied d’un sacristain.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 20:45
Méandres d'un sommeil d'ambre chaud

Sur une passerelle en fil d’or et de lin

Où danse un funambule au pas de mousseline

Passe un souffle de vent dont le goût de praline

Fond au bord d’une lèvre au sourire câlin.

 

Le parfum vanillé d’un étrange félin

Foule le ciel nacré d’un rouge cornaline

Et froisse le soleil posé sur la colline

D’une griffe d’ivoire écorchant du vélin.

 

Des ronces de silence envahissent la plage

Que des gouttes de temps comme l’eau d’un mirage

Tachent de sucre chaud d’où s’écoule la nuit.

 

Parfois sous une feuille à la peau de dentelle

Coule un peu de satin que la saveur d’un fruit

Mouille de son écrin en velours de cannelle.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 21:38
Via dolorosa

Quelques éclairs perdus dans un reflet de rouille

Recouvrent de lumière une arche de couleur

Que des ombres de vent touchent de leur pâleur

Comme le corps nacré d’un oiseau qui gazouille.

 

La fane d’un brouillard au bord d’une gargouille

Sèche au feu d’un saphir sans aucune valeur

Dont le soudain éclat plonge dans le malheur

Un homme ensanglanté par l’or d’une dépouille.

 

Des fleuves de douleurs inondent l’arc-en-ciel

De fers en fusion et de poches de fiel

Calfeutrés dans la nuit par des bouts de flanelle.

 

Passe alors dans un souffle une averse de plomb

Qui traverse la rue où le bruit du grêlon

Etouffe un long sanglot sous un peu de cannelle.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 19:42
Bulles de mousse

A l’ourlet de la mer la main d’un vieux pécheur

Coud des rêves de brume et des bouts de mémoire

Au fil de son esprit dont les reflets de moire

Cachent des souvenirs d’une grande fraîcheur.

 

Scrutant l’immensité son regard de faucheur

Tranche l’éternité prise dans un ciboire

Rempli de larmes d’or offertes à la gloire

D’un soldat inconnu d’un penchant pleurnicheur.

 

Il partage sans voix avec une mouette

Des bribes de serment que le ressac fouette

Avec la cruauté d’un songe qui s’enfuit.

 

Or dans ses mains de cuivre ouvertes à la lune

Déjà se fige un pli qui trace la fortune

Comme un coup de couteau dans la pulpe d’un fruit.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 22:03
Berceau de givre

Des cascades de nuit pavent la cathédrale

De cierges larmoyants au pied de saints autels

Où se consume l’or de vœux perpétuels

Noyés dans un silence à la fraîcheur florale.

 

A l’envers des vitraux la lueur vespérale

Frappe l’éternité de sceaux sacramentels

Qui croquent sous l’encens d’innombrables pastels

Gisant entre les mots chantés par la chorale.

 

De la voûte embrouillée au brouillard de minuit

Dégoulinent la lune et des parfums de fruit

Qui tachent le parvis d’une goutte de cire.

 

Et si des doigts de cendre approchent le clavier

D’un orgue enrubanné d’une larme de lyre

C’est que le firmament tremble dans un cuvier.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:54
Demi-songe

Dans un feuillet de sable où niche du corail

Le souffle d’un soupir s’échappe d’une vague

Entourant de cristaux le chaton d’une bague

Dont l’éclat éclabousse un morceau de vitrail.

 

C’est le soleil levant aux portes du sérail

Qui verse de l’argent sur le fil d’une dague

Et perce le sommeil d’un homme qui divague

Entre des mots perdus au bord d’un soupirail.

 

Sur le marbre des toits des morceaux de mirage

Colorent l’aube impure aux reflets d’un vitrage

Maculé par la pluie et ses graines de sang.

 

Puis poussé par la soif un oiseau du feuillage

Vient picorer le jour sur le dossier d’un banc

Enchanté de frémir à cet enfantillage.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 21:44
Genèse

A la vapeur de souffre échappant d’une étoile

Une main puise l’or dans un sac de coton

Et sème la lumière à grand coups de bâton

Sur l’ardoise d’un ciel tendu comme une toile.

 

Des débris de cristal abrités sous un poile

Couvent l’éternité derrière le fronton

D’une bâtisse en flamme où s’éveille un triton

Au cœur d’un souterrain obstrué par un voile.

 

Face au vent de la nuit se dresse l’infini

Dont la noire dentelle orne le corps bruni

D’un astre consumé par un ruisseau de braise.

 

Or déjà le matin se glisse entre les draps

D’un tisserand de mots qui remplit de crachats

Tous les trous de l’azur au bord de la fournaise.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

 

Repost 1
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 20:54
Impuissance des heures

Dans ce rêve ancien où grouillent des miroirs

Des dentelles de laine et des vases de neige,

Des fleurs en sucre d’orge errent sur un manège

Dont les chevaux de bois s’échappent des tiroirs.

 

Les cuirs d’Andalousie aux griffes des gaufroirs

Ravissent les enfants par un long florilège

De mots bariolés au hasard d’un arpège

Qui roule le silence aux portes des mouroirs.

 

Des tombereaux de sel tournent autour de l’aube

Egrenant du cristal que le soleil enrobe

D’un caramel de feu parfumé par la mer.

 

Puis en puisant de l’eau dans un bassin d’albâtre

Les anges immortels au regard de mulâtre

Brouillent les boniments d’un souvenir amer.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

 

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge
commenter cet article
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 22:13
Paroles de luthier

Qui pousse le soleil sous le marbre fragile

D’un mausolée antique à la couleur de sang

Où la terre a fondu les rides d’un étang

Dans un gobelet d’or ciselé par l’argile ?

 

Est-ce un nonce papal échappé d’un concile

Qui déchire du chanvre et broie à son écang

Le linceul de la nuit au bec d'un pélican

Travesti sans pudeur en peau de crocodile ?

 

Sur la couche de l’aube aux lèvres de béryl

Quelle ombre se faufile entre les bras du Nil

En tétant dans le ciel de la pulpe d’étoile ?

 

Que vous importe-t-il que mes mots de papier

Soulèvent sous le sable une frange du voile

Puisque vous les toisez à l’aune du drapier ?

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 21:57
Le vent

Il frôle de son doigt un cèdre du Liban

Où s’endort le soleil épuisé par l’orage

Que des ailes de soie emportent avec rage

Vers l’horizon cousu sur un bout de ruban.

 

Sa mèche de lumière entoure d’un turban

Les cyprès essoufflés dont le sombre cirage

Décolore le temps perdu dans un naufrage

Comme un éclat de voix que l’on mettrait au ban.

 

Sous sa peau de silex un parfum de vanille

Egratigne les mots d’un sucre de myrtille

Jaillissant de sa bouche aux lèvres de satin.

 

Puis il fond dans le ciel pareil à ce danseur

Qu’il habille du miel mêlé dès le matin

A de la poudre d’or sous les pas du valseur.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 21:47
Pierre de sang

 

Des pétales de bruit gouttent dans le silence

Comme les fruits d’un temps qui mûrirait en vain

Sous un rayon de lune entouré d’un ravin

Où croupissent des mots en pleine purulence.

 

Au bout d’un souvenir traversé d’une lance

Le visage d’un homme au sourire divin

Glisse sous le doigt nu d’un turgide écrivain

Masqué par un velours d’une extrême brillance.

 

Caramélisant l’or qui recouvre les toits

Le vent porte le soir au-delà des détroits

Dont les rives en flamme éclaboussent un astre.

 

Par bribes de parfum un dernier souffle d’air

S’éloigne de la vie en creusant dans la chair

Un chemin de souffrance effacé du cadastre.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 1
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 22:10
Sarbacane de songes

Sous des bris de soleil la natte d’un ruisseau

Pétrit sous sa dentelle un brasero de paille

Qu’une main de cristal tisse sur la rocaille

Comme un fil de lavande échappé d’un boisseau.

 

Les voiles de damas d’un merveilleux vaisseau

Froissent l’air de la mer que la chaleur écaille

D’un bruissement d’or et d’un souffle en broussaille

Dont l’écume éclabousse une brindille d’eau.

 

Sous l’horizon de jade un flot de mousseline

Effleure le brouillard d’une bouche câline

Et sème sur le sable une fleur de coton.

 

Emaillé par le vent le regard se faufile

Entre les mots perdus et le temps immobile

Suspendu pour toujours au mât d’un clocheton.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 21:32
Silence en céramique

 

Au poivre des chagrins l’ambre de la tristesse

Enivre le regard d’un rêve de miroir

Où se reflète en vain le souffle d’un espoir

Vaguement replié dans un cri d’allégresse.

 

Des couleurs sans éclat comme un parfum d’ivresse

Mêlent à leur muscat la fibre d’un mouchoir

Refermé par plaisir sur le fil d’un rasoir

Qui tranche la chair nue avec tant de paresse.

 

C’est l’ombre d’un regret qui traverse le cœur

Et s’éteint en fumant sans la moindre rancœur

Sous la cendre de fer d’une bouche fermée.

 

Puis le temps engloutit l’encre et son encrier

Dérobant à la vie une âme parsemée

De souvenirs perdus au fond d’un sucrier.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Grêlons d'astres
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 21:46
Larmes d'alcool

Un drap de solitude au chevet de la nuit

Grelotte dans le froid comme un linceul de rouille

Qu’une goutte de sang à son venin barbouille

D’une couleur fondue aux effluves d’un fruit.

 

Quelques miettes de sucre échappant d'un biscuit

Fourmillent sur le sol où la lune se souille

Dans une flaque d’eau qu’un nuage gribouille

D’une pointe d’argent et d’un geste fortuit.

 

Sous des masques de plâtre écaillés par la neige

Des lambeaux de silence enfument un manège

Dont les lambris dorés rabougrissent la mort.

 

Puis le vent ulcéré d’une forte bourrasque

Chasse l’éternité prisonnière d’un sort

Qui brûle l’univers dans le fond d’une vasque.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2016@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 22:33
Baume de miel

Sur la grève assoupie au bord de la lagune

Un rayon d’argent pur maquille un arlequin

D’une poudre de ciel au goût de marasquin

Que des oiseaux de mer jettent sous la Fortune.

 

Les palais drapés d’or sous les doigts de la lune

Plissent leur chair de marbre autour d’un baldaquin

Dont le velours gaufré tombe d’un lambrequin

Suspendu dans la nuit comme une ombre de dune.

 

Le long des ponts laqués par le brouillard hanté

Les fantômes du temps d’un seul geste ganté

Tissent le purgatoire à chaque réverbère.

 

Alors Venise en vain  sombre dans la beauté

Comme une femme nue offrant sa cruauté

Aux désirs impuissants d’un eunuque berbère.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2016@Shortédition

Repost 0
Published by Lettres de soie rouge - dans Mosaïque de mots
commenter cet article

  • Lettres de soie rouge
  •  Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude
  • Ce blog a pour but d'exposer des pages de poésie, ornées de textes, d'images et de mélodies, pages écrites au fil des jours et, de rassembler des fragments de lumière comme à travers les cristaux d'un kaléidoscope. Il est ma première étude

Recherche